Entretien des tombes : devoirs et bonnes pratiques

A l’approche de la Toussaint et du Jour des défunts, de nombreuses familles vont se rendre au cimetière se recueillir sur la tombe d’un proche et l’entretenir. C’est donc l’occasion de rappeler les devoirs des ayants-droits concernant l’entretien des sépultures mais aussi les bonnes pratiques pour ne pas endommager les matériaux.

Devoir d’entretien : Les ayants-droits sont tenus d’entretenir la concession et les monuments construits sur celle-ci. Ces dispositions sont généralement rappelées dans le règlement du cimetière concerné. Cela n’inclut cependant pas l’espace entre les concessions, appelé inter-tombes, qui est fourni et entretenu par la commune (art. L2223-23 du CGCT) et qui fait parti du domaine public du cimetière. En cas de défaut d’entretien, et selon d’autres critères, le maire peut entamer une démarche de reprise de la concession par constat d’abandon. Il s’agit donc d’un point important à retenir.

Comment entretenir les monuments ? Les monuments funéraires peuvent être constitués de plusieurs matériaux (pierre, métal, verre, …) ayant chacun ses spécificités. Il est important de se renseigner avant d’utiliser un produit ou un outil. Pour cela, le Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques, le Ministère de la Culture et l’association les Appels d’Orphée ont édité un Petit guide à l’usage des personnes souhaitant entretenir une sépulture, consultable en ligne. L’ouvrage numérique Cimetières et patrimoine funéraire, édité par le Ministère de la Culture, aborde également la question de l’entretien des monuments et de la prise en charge de leur dégradation (Lutter contre les dégradations du patrimoine funéraire, p.272) et peut être une ressource supplémentaire. Pour le bronze plus particulièrement, vous pouvez consulter la fiche Entretien et restauration d’ornements funéraires en bronze réalisée par Barthélémy Bonze, entreprise de fonderie traditionnelle.
Il est aussi important de rappeler que les cimetières sont de plus en plus concernés par l’arrêt de l’usage des produits phytosanitaires. Cette interdiction entrera en vigueur officiellement en juillet 2022 (arrêté du 15 janvier 2021) mais de nombreuses communes sont déjà impliquées dans cette démarche. L’utilisation de tels produits est donc à proscrire afin de respecter le travail engagé et la faune et la flore qui font leur retour dans les cimetières.

Enfin, si le chrysanthème est largement privilégié dans cette période, les fleurs peuvent permettre d’exprimer des sentiments particuliers, en fonction de la variété choisie. Pour connaître les différentes fleurs du deuil, vous pouvez vous inspirer de cette liste.

Ornement en bronze recouvert de vert-de-gris